Pour nous joindre Accueil D-trois-pierres sur Facebook
Accueil

 
Salle de presse : Articles de presse : Décembre 2004   
Décembre 2004

Reproduit avec permission, Sélection, décembre 2004.
HÉROS PARMI NOUS: UNE FERME AU GRAND COEUR

Comme tous les matins, à la ferme du Cap-Saint-Jacques, Maggie est entourée d'une ribambelle d'écoliers et de quelques lapereaux. «Le lapin, quand il a les oreilles couchées, c'est parce qu'il est fâché! explique la jeune femme. Et savez-vous que le cochon est l'animal le plus propre de la ferme?» Les enfants sont émerveillés et, elle visiblement réjouie.

Comme la plupart des jeunes qui travaillent ici, Maggie revient de loin. «A 12 ans, j'étais dans le centre-ville à vendre de la drogue», résume-t-elle. Elle quitte l'école, atterrit dans un foyer d'accueil, puis à 17 ans, grâce aux heureux conseils d'une amie, intègre la ferme pour un «vrai» travail.

Gérée par D-Trois-Pierres, un organisme fondé par les Soeurs de Sainte-Croix et spécialisé dans la formation des jeunes adultes en détresse, la ferme est aussi un véritable succès touristique. En 2003, près de 100 000 visiteurs y sont venus profiter de sa cabane à sucre, de ses légumes bio, de ses animaux et de ses balades en carriole.

Et derrière toute cette organisation, un jeune homme de 30 ans, Sébastien Landry, chargé de coordonner les activités d'animation, de restauration, d'entretien et de travaux horticoles. Bon an, mal an, une soixantaine de jeunes passent entre ses mains. «Notre but est de développer chez eux des compétences qui peuvent être transférées à n'importe quel emploi.» Après une période de huit à onze mois de travail rémunéré validée par la Commission scolaire de Montréal, ils repartiront avec une attestation de compétence leur permettant d'exercer un métier semi-spécialisé.

Le jeune Félix, responsable de l'entretien horticole, semble comblé. «Beaucoup au début n'aiment pas ça. Il faut se lever tôt, travailler fort. Mais on se motive. On est dans un si bel endroit! Il faudrait être fou pour trouver ça plate!»

Des liens se créent entre les jeunes, mais aussi avec les équipes. «Certains jeunes, qui sont passés ici voilà trois ans, m'appellent toutes les deux semaines pour me donner de leurs nouvelles», raconte Sébastien, qui se dit fier de faire partie d'un organisme qui contribue à l'insertion sociale et professionnelle de jeunes en difficulté.

par Marie Charbonniaud

Crédit photo: Christian Fleury, photographe





Historique  |  Partenaires et liens  |  Pour nous joindre

Tous droits réservés D3Pierres - Design Mustang Technologies Inc.